LogoAppli mobile

Potins du sacristain - Juin 2014

Voilà, vous êtes au Bar de la Marine, où se trouve généralement le sacristain (il n’a que la place du village à traverser). Pas de chance ! Exceptionnellement, il n’est pas là ! C’est le patron du bar qui pourra nous répéter tout ce que le sacristain y a raconté ce mois-ci. Et puisque vous avez été nombreux à nous demander qui était le sacristain, vous pouvez le voir en photo au bas de cette page.

Oncle Pierre disait :

« Les grands cœurs ne sont jamais heureux, il leur manque le bonheur des autres. »
Et il disait encore :
« Jésus a osé bouleverser l’ordre et les principes pour faire naître le règne de l’Amour. »

L’Arche a cinquante ans.

En 1964, Jean Vanier « inventait » l’Arche à Trosly-Breuil (Oise) en invitant Philippe Seux et Raphaël Simi, deux personnes ayant une déficience intellectuelle à venir vivre avec lui. En 2014, l’Arche fête ses 50 ans et compte 145 communautés réparties dans plus de 40 pays sur les cinq continents.
Pour fêter joyeusement cet événement, la communauté de L’Olivier d’Ille-et-Vilaine a créé une vidéo si sympathique que le sacristain a envie de la partager avec vous «  le film de l’Olivier  ».

Les migrants, vus d’ailleurs.

Au Mexique, dans l’Etat de Veracruz, des femmes (las Patronas) du village de La Patrona lancent quotidiennement des vivres aux migrants centraméricains qui traversent le pays sur les toits des trains de marchandise en direction des Etats-Unis. Tous les matins, depuis une quinzaine d’années, elles passent des heures à préparer des colis-repas puis attendent les trains chargés de migrants. Elles se tiennent au bord de la voie ferrée, brandissant à bout de bras des sacs de nourriture et des bouteilles d’eau.
Quelque 400 000 personnes traversent le Mexique chaque année pour atteindre les Etats-Unis. Environ 20 000 sont enlevés par les mafias locales. Les hommes sont torturés, les femmes violées. La majorité des migrants ont entre 14 et 30 ans. Le nombre des femmes est très faible du fait des agressions sexuelles.
Récemment, le gouvernement mexicain a salué le courage des Patronas, comme on les surnomme, réseau fondé par Norma Romero, en leur décernant le prix national des droits de l’homme.
Le 1er mai, plus de 800 immigrés d’Amérique centrale ont défilé dans les rues de la ville de Saltillo, au nord du Mexique, pour demander la liberté de passage aux autorités locales. Raul Vera, évêque catholique du lieu, est venu se joindre à eux en signe de soutien. (Radio Vatican)

Si

Si tu veux parler à Dieu, arrête-toi, choisis un endroit calme et parle-lui.
Si, par contre, tu veux le voir, envoie-lui un TEXTO en conduisant !...

L’Europe, la démocratie et l’embryon humain

Le sacristain est étonné que l’on se préoccupe plus des OGM en Europe que de la vie humaine ; seul le journal La Croix relate ce fait.
Dans l’Union européenne, seule la Commission peut proposer, ou non, de légiférer.
Exception à ce monopole d’initiative des lois, le traité de Lisbonne a introduit une procédure par laquelle au moins un million de citoyens de l’UE, provenant d’au moins sept pays différents, peuvent demander à la Commission de proposer une loi (règlement ou directive) sur une question qui leur est chère.
Cette « initiative citoyenne européenne » cherche ainsi à rendre l’Europe plus directement démocratique.
Le collectif « Un de nous », créé en 2012, relayé en France par la Fondation Jérôme Lejeune et Alliance Vita, a demandé à la Commission « d’interdire et de mettre fin au financement des activités qui impliquent la destruction d’embryons humains, en particulier dans les domaines de la recherche, de l’aide au développement et de la santé publique ».
« Il ne s’agit pas de freiner la recherche, mais de demander qu’elle soit conduite avec des procédés respectant la dignité humaine de l’embryon », argumente le collectif, mettant en avant des recherches alternatives possibles.
.
Elle a recueilli, selon les chiffres enregistrés par la Commission, plus de 1,72 million de signatures de citoyens recueillies à travers toute l’Union (dont 55 500 en France). Soumise officiellement à la Commission le 28 février dernier, elle a fait l’objet d’une audition publique du collectif organisée au Parlement européen.
La Commission a décidé de ne pas soumettre de proposition législative. Dans sa réponse, argumentée sur 22 pages, elle estime que « l’évaluation, la subvention et le financement de propositions de projets de recherche de l’UE impliquant l’utilisation de cellules souches embryonnaires humaines sont strictement réglementés », sans être interdits.
Jugeant cette réponse « hypocrite et dédaigneuse », le collectif « Un de nous » a indiqué vouloir poursuivre la procédure. Évoquant un possible recours en justice, il mise aussi sur la future Commission qui sera mise en place à la suite des élections européennes.

L’énigme du sacristain

La réponse vous est donnée en envoyant par email votre solution à jules.lagoutte portstnicolas.org.

Encore une d’autrefois : Que voyons nous tous les jours, qu’un roi voit de temps en temps, et que Dieu ne peut pas voir ?

La photo du sacristain


Le sacristain en ce mois de mai pluvieux se promenant dans les rues d’une ville du nord.

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
(re)publié: 01/06/2014