LogoAppli mobile

Potins du sacristain - Été 2012

Voilà, vous êtes au Bar de la Marine, où se trouve généralement le sacristain (il n’a que la place du village à traverser). Pas de chance ! Exceptionnellement, il n’est pas là ! C’est le patron du bar qui pourra nous répéter tout ce que le sacristain y a raconté ce mois-ci. Et puisque vous avez été nombreux à nous demander qui était le sacristain, vous pouvez le voir en photo au bas de cette page.

Oncle Pierre disait :

« Certains s’imaginent qu’il vont changer le monde... ils ne changent que leurs draps de lit. »
Et il disait encore :
« On ne voit pas les racines des chênes, les racines des âmes éprises d’absolu ne se voient pas. Elles plongent dans l’humus du Seigneur. »

Ici !

Si vous passez devant une église, n’attendez pas de voir ce panneau pour entrer...
Quelqu’un vous espère.

Histoire de vacances

Une femme téléphone au journal local avec un extraordinaire accent…
- Allo, ch’est l’journal ? J’voudroués mette ein’ne annonce de ch’ décès de mon homme, mais avant cha, vu qu’c’est l‘ première foués, dites-mé combin qu’cha coûte ?
- C’est qu’en fait, Madame, cela dépend de la taille de l’annonce souhaitée !
- Une tchite, cha ira. On sommes point riches, vous savez ! Alors, ch’est combin pour ein’ne tchite ?
- Pour l’annonce petit modèle, c’est 10 euros la ligne.
- Ah ouais, quind min’me..... I faut point en dire d’trop, alors ! Attinds, laisse mé réfléchir.... T’as qu’ à écrire : « Paul Dupont il est mort. »
- Oui, Madame, c’est noté, ensuite ? Après ?
- Bein, ch’est toute, min fieu ! J’n’ai point tant d’sous, mi !
- Je comprends, Madame, mais une seule ligne, ça fait court, je dirais même que cela ne s’est jamais vu...
- Ouais, bein ch’est comme ça. J’n’ai point les moéyeins… si té n’veux point d’ mes sous, dis l’lé !
- Euh, écoutez Madame, je comprends votre détresse et je prends sur moi, au nom du Journal, de vous offrir une ligne supplémentaire gratuitement.
- Ah ? Bein t’es un brave, toué ! A ch’t’ heure, j’ai drouét à 2 lines ?
- Exactement, chère Madame, qu’inscris-je ?
- Ouais, attinds, j’réfléchis..... Tu comminches pareil : « Paul Dupont il est mort »... et pis tu rajoutes en d’sous :
« Mobylette à vindre. »

A rapporter de ses vacances

Puisque PSN ne manque pas d’air, pourquoi ne pourrait-il pas en offrir à ses visiteurs ? Un petit coup de déprime ? Hop ! Un coup de bombe avec l’aérosol Port Saint Nicolas et les miasmes de la tristesse sont chassés par le grand vent du large !
Ces bombes seront offertes tous les dimanches à la sortie de la messe de 10 h13 de l’église de Port Saint Nicolas, ou bien entendu dans la boutique du Musée.
Naturellement elles sont aussi en vente, mais deux fois plus cher, au Bar de la Marine.

À voir un jour de pluie avec les petits

S’il pleut en vacances, on pourra voir avec intérêt ces petites vidéos comme Les noces de Cana ou La rencontre avec Zachée.

Détournement ?

Ne regardez plus ce panneau sans penser que finalement il y eut vraiment une issue !
(Cette photo n’est pas truquée... elle provient d’une rue de Paris)

L’énigme du sacristain

La réponse vous est donnée en envoyant par email votre solution à [jules.lagoutte portstnicolas.org].

Si je fus le premier nommé par mon nom dans la Bible, l’usage qui fut fait de moi en l’occurrence était très éloigné de ma réelle raison d’exister. Je suis en effet un auxiliaire important de savoureux repas et de la sieste qui les suit.

La photo du sacristain


Le sacristain peu rassuré fuit devant l’équilibre instable de ce rocher.
Aux dernières nouvelles la Peyro Clabado de 780 tonnes n’est pas encore tombée (la légende, toujours d’actualité, veut que le jeune célibataire qui réussit au premier jet à placer une pierre sur le sommet de ce monstre se mariera dans l’année).

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
Jules LAGOUTTE

Patron du Bar de la Marine de Port Saint Nicolas.

(re)publié: 01/07/2012