LogoAppli mobile

Potins du sacristain - Septembre 2009

Voilà, vous êtes au bar de la Marine, où se trouve généralement le sacristain (il n’a que la place du village à traverser). Pas de chance !
Exceptionnellement, il n’est pas là ! C’est le patron du bar qui pourra nous répéter tout ce que le sacristain y a raconté ce mois-ci. Et puisque vous avez été nombreux à nous demander qui était le sacristain, vous pouvez le voir en photo au bas de cette page.

Oncle Pierre disait

« La pécheresse avec ses cheveux et son parfum n’est pas venue demander pardon mais REMERCIER. »

Et il disait encore :
« Quand on se confesse, on admet qu’on est un homme. »

Fin du monde ?

Le sacristain a lu ceci, dans une interview de Pietro di Paoli, le célèbre auteur de « Vatican 2035 », « 38 ans, célibataire et curé de campagne » et « La confession de Castel Gandolfo » :
Ne croyez pas que nous sommes à la fin d’un monde, le monde occidental chrétien, ne regrettez pas un soi-disant âge d’or, il n’y en a pas eu.
Nous sommes, comme chaque génération, les premiers chrétiens. Regardons devant nous. Je crois que la promesse que Dieu fait à l’humanité et qu’il tient dans le Christ est belle et bonne. Aujourd’hui, Dieu nous fait grâce. Aujourd’hui, il renouvelle le monde. Et conclusion en forme de blague : tant que nous sommes au moins douze, il n’y a pas de souci à se faire.

Souvenirs de vacances

Le sacristain a reçu ce courriel d’une de ses amies qui passe l’été dans un couvent : cela change un peu, il voudrait vous le faire lire

Désolée pour ce long silence... En fait tout va très très bien mais j’ai été un peu (beaucoup !) débordée depuis mon arrivée dans le couvent et la connexion Internet ici, à l’accueil, est épouvantable.
S. Marie du Saint Sacrement qui est la sœur hôtelière que je suis venue seconder ici a profité de mon arrivée pour partir 15 jours voir ses parents malades et âgés. Donc, je me suis retrouvée avec le « bébé » de la gestion de l’hôtellerie tout de suite. Mais je découvre que c’est un « travail » très intéressant - un peu comme le bon vieux temps quand je m’occupais de la réception d’un camping - avec quelques différences bien appréciables.
Ici l’appel téléphonique n’est jamais stressant : un mielleux « bonjour ma sœur désolée de vous déranger... » introduit les appels des « clients » alors qu’au camping, souvent on râlait d’avance avant que l’on puisse balbutier « bonjour ! ». L’uniforme ici n’est pas obligatoire loin de là et ça change du débardeur ultra plongeant et de la mini-jupe (qu’au camping j’essayais de tacher définitivement avec une grande tasse de café sucré au début de la saison pour ne pas avoir à les porter !).
Les « animations » me conviennent bien mieux : laudes à 6 h 45 pour se mettre en forme pour la journée ; la messe à 8 h 30 laisse la matinée plus libre et l’office du milieu de jour est à 12 h 10, les vêpres à 17 h 30 et les complies pour s’endormir tranquillement de bonne heure. (...)
Je t’embrasse et file aux vêpres.

Devant saint Pierre

Monsieur le curé a organisé une sortie en car pour ses paroissiens. Tout se passe très bien au départ, mais en cours de route, c’est l’accident. Le conducteur du car et M. le curé se retrouvent devant saint Pierre.
Et là, c’est le plus méritant qui passe en premier. Le prêtre croyait bien passer avant son ami. En fait, contrairement à ses prévisions, c’est le conducteur qui passe avant lui.
Devant son incompréhension, saint Pierre lui répond : « Vois-tu, ici, nous jugeons sur le résultat : toi, quand tu prêchais, tout le monde dormait, tandis que lui quand il conduisait, tout le monde priait. »

L’énigme du sacristain

La réponse vous est donnée en envoyant par email votre solution à jules.lagoutte portstnicolas.org.

Énigme biblique : cherchez le nom du mari d’une dame, mère tardive d’un homme important de la Bible, dame qui a donné son nom à une autre dame dont la Bible ne parle pas, mais dont l’histoire a été racontée en détail dans un best seller du Moyen Âge. Cette histoire ressemble un peu à celle du couple que nous cherchons sauf qu’au lieu d’un garçon, c’est une fille qui est née près de mille ans plus tard.
Cette dame était l’une des deux femmes de cet homme dont nous cherchons le nom et à la conception de son fils, elle chanta un hymne qui a été repris (en le simplifiant un peu) par la fille de la dame qui porte le même nom.
Le sacristain a demandé que ce cantique soit chanté à son enterrement.
Un autre indice : la vocation du fils de cette dame (faiseur de rois) est souvent racontée aux préparations à la confirmation.

La photo du sacristain


Vous reconnaîtrez facilement le sacristain : il est dans le canoë, deuxième rameur, juste à coté du drapeau rouge. Ils faisaient la course avec le Belem.

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
(re)publié: 01/09/2009