LogoAppli mobile

Potins du sacristain - Septembre 2007

Voilà, vous êtes au bar de la Marine, où se trouve généralement le sacristain (il n’a que la place du village à traverser). Pas de chance ! Exceptionnellement, il n’est pas là ! C’est le patron du bar qui pourra nous répéter tout ce que le sacristain y a raconté ce mois-ci. Et puisque vous avez été nombreux à nous demander qui était le sacristain, vous pouvez le voir en photo au bas de cette page.

Oncle Pierre disait

« La Bible a ceci de spécial : on peut l’entendre 1 000 fois sans rien et puis il arrive une minute où sort de ces pages une voix silencieuse, mais assourdissante et que désormais on ne pourra jamais faire taire. »

Et il disait encore :
« Les idoles ne sont pas seulement des morceaux de bois sculpté, c’est ce sur quoi je compte avant Dieu pour assurer mon bonheur. Les reconnaître constitue le premier pas vers la vie spirituelle. »

Et Christian Bobin disait

Prouver est un désir de savant ou de policier.
Accueillir est un désir d’amoureux.

Et François Varillon disait

« À la misère des hommes qui est un scandaleux spectacle pour tout homme de cœur, je ne pense pas qu’on ait le droit d’opposer un autre spectacle : celui d’une colère que la prière n’aurait pas purifiée. »

Il poursuivait plus loin :
« De même lorsque ce sont les péchés des hommes d’Église — compromissions, silences, mensonges — qui nous font bouillir le sang. »

L’unité, oui... mais avec qui et à quel prix ?

Tout catholique sait gré au pape de rechercher l’unité de l’Église. Celui-ci est bien dans son rôle quand, en Chine, il refuse de voir se perpétuer la coexistence de deux Églises - l’une clandestine et l’autre officielle - et on comprend qu’il veuille, en France, résorber le schisme lefebvriste.
Mais ce légitime souci de l’unité de l’Église pourrait hélas avoir, au moins dans le cas de la France, un coût jugé par nombre de catholiques bien trop élevé ! C’est en effet l’impression donnée par le nouveau motu proprio libéralisant l’usage du missel d’avant Vatican II.

Le sacristain de Port Saint Nicolas est bien amer de voir l’attention portée à quelques centaines de traditionalistes bruyants qui exigent un retour à la messe en latin d’avant le concile, quand la réflexion est totalement bloquée sur d’autres sujets qui lui semblent plus importants et qui, eux, touchent la grande majorité des catholiques. Il pense ici, entre autres questions, à la raréfaction de l’eucharistie dans des paroisses de 15 clochers ou bien à celle des ministères ordonnés, parce que, au moins en Europe et en Amérique du Nord (là où justement sont les intégristes), le clergé vieillit et donc se raréfie !

Il ne voit pas bien ce que le peuple chrétien peut bien gagner à revenir à la messe « fesses au peuple », dite à voix basse et dans une langue morte, sans référence à la tradition juive ni même lecture de l’Ancien Testament !
Tant qu’à se référer à la tradition et remonter dans le temps, pourquoi ne pas revenir à la messe carolingienne qui a eu aussi son heure de gloire ou bien à la messe en grec des débuts ?

Il craint surtout que cette disposition, prise pour promouvoir l’unité dans l’Église, soit en fait source de divisions, les adeptes de Lefèbvre ne se cachant pas pour revendiquer maintenant, non plus seulement une restauration liturgique, mais une véritable remise en cause de tout l’apport du concile Vatican II, notamment dans le domaine de l’œcuménisme, de la liberté religieuse et du dialogue interreligieux dans l’esprit d’Assise.

Poids des péchés du monde

N’y a-t-il pas là une nette sous-estimation du poids des péchés du monde ?
... ou une cynique évaluation de la durée — forcément courte — du supplice de la croix ?

Tourisme ou gadget religieux !

Un accord vient d’être signé pour une durée de cinq ans entre une compagnie aérienne italienne et l’Œuvre romaine des pèlerinages (ORP), un organisme du Saint-Siège pour l’organisation de voyages vers Lourdes.
Cette compagnie non seulement permet aux pèlerins de réduire leurs frais de transport, mais encore elle crée « une atmosphère » grâce notamment à un message brodé sur les appuie-tête : « Je cherche ton visage, Seigneur. »
Pour compléter ce pieux environnement, peut-on suggérer au commandant de bord de diffuser dans les hauts-parleurs de la cabine des cantiques comme « Plus près de toi, mon Dieu » ?

L’énigme du sacristain.

La réponse vous est donnée en envoyant par email votre solution à jules.lagoutte portstnicolas.org.

Appel, Ave Maria, Bombance, Catastrophe, Eglise, Exclusion, Fromage, Insecte noir, Joie, Mariage, Mort, Noël, Œuf, Opinion, Pâques, Plongeur, Réprimande, Rome, Temps qui passe, Vache.
  ??????????????????

La photo du sacristain

Au Festival marin de Port Saint Nicolas, le sacristain était là, c’est lui qui filme avec un caméscope.

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
Jules LAGOUTTE

Patron du Bar de la Marine de Port Saint Nicolas.

(re)publié: 01/09/2007