Logo

Potins du sacristain - Novembre 2007

Voilà, vous êtes au bar de la Marine, où se trouve généralement le sacristain (il n’a que la place du village à traverser). Pas de chance ! Exceptionnellement, il n’est pas là ! C’est le patron du bar qui pourra nous répéter tout ce que le sacristain y a raconté ce mois-ci. Et puisque vous avez été nombreux à nous demander qui était le sacristain, vous pouvez le voir en photo au bas de cette page.

Oncle Pierre disait

« Le chrétien ne doit pas vivre morose, anxieux. Il commémore inlassablement son salut déjà opéré par Dieu… et ça crie et ça chante. »

Et il disait encore :
« C’est dans mes failles que le Seigneur vient me prendre. »

Euthanasie

Hier soir, le sacristain et sa femme parlaient de l’EUTHANASIE...

Sur ce sujet délicat du choix entre la vie et la mort, le sacristain lui dit :
« Ne me laisse jamais
- dans cet état végétatif,
- dépendant d’une machine
- et alimenté par le liquide d’une bouteille.
Si tu me vois dans cet état, débranche les appareils !" »
Elle s’est levée
- a débranché la télé,
- éteint son ordinateur
- et jeté sa bière !!!

Confisquée

« ROME, 29 août 2007 (AFP) - Eau bénite confisquée pour les pèlerins du vol inaugural Rome-Lourdes.

Les pèlerins du vol inaugural Rome-Lourdes de la compagnie affrétée par le Vatican ont eu la désagréable surprise de se faire confisquer leur eau bénite par les douaniers français en vertu des normes sur le transport des liquides en cabine, rapporte mercredi la presse italienne.
La réputation miraculeuse de l’eau du sanctuaire marial français n’a pas fait fléchir les agents de sécurité de l’aéroport de Tarbes qui ont confisqué tous les flacons à la contenance supérieure à 100 ml, en vertu des normes antiterroristes appliquées depuis l’été dernier en Europe. »

À quand les commandes sur Internet d’eau "miraculeuse" ? (ndlr)

Afin que nous possédions l’espérance

Comme chaque année, Notre-Dame du Web vous invite à préparer la fête de Noël en union avec des internautes du monde entier. Cette année le thème s’inspire des lectures de saint Paul : il nous dévoile le sens de la naissance de Jésus "afin que nous possédions l’espérance". Pour entrer dans cette espérance de Noël, vous serez accompagnés chaque semaine par des enseignements, des indications pour prier, des œuvres d’art, des exercices pratiques, des fonds d’écran, des musiques, etc. Bref, toute la richesse du Web sera déployée pour vous introduire dans le mystère de Noël.
Inscription sur www.ndweb.fr.

On ne prête qu’aux riches !

Le phénomène qui consiste à mettre au compte d’un personnage connu et estimé tel ou tel écrit rédigé par un disciple proche ou lointain n’est pas nouveau. On en a quantité d’exemples avec les écrits bibliques : ainsi des chapitres 40 à 55 du livre d’Isaïe, écrits manifestement après l’Exil mais insérés dans le livret du prophète du huitième siècle ; ainsi aussi en est-il probablement de l’Apocalypse que d’aucuns voudraient à tout prix attribuer à l’apôtre Jean, lequel serait aussi l’unique auteur du quatrième évangile...
Autre exemple : il est clair que le symbole dit "des Apôtres" que nous récitons le dimanche à la messe ne remonte pas, tel quel, aux apôtres eux-mêmes. Mais nul ne s’en offusquera, car cette profession de foi, en usage dès le IIIème siècle à Rome, dit par là sa prétention à affirmer le contenu essentiel de la foi chrétienne.

Si le phénomène peut nous troubler aujourd’hui, ne crions pas trop vite : "A l’imposture !" Certains disciples ont en effet si bien assimilé le message de leur maître qu’on ne sait plus bien qui, du maître ou du disciple, a réellement prononcé ou écrit telle phrase !
Dans une récente chronique du journal La Croix, Gérard GUITTON, nous apprenait ainsi que la belle prière pour la paix attribuée à saint François d’Assise ("Seigneur, faites de moi un instrument de votre paix...") n’était certainement pas de saint François lui-même, étant même totalement inconnue avant le début du XXème siècle ! Qu’importe ! Cette prière n’en est pas moins belle et, loin de faire injure à la mémoire de saint François, traduit bien la volonté de paix dont il a toujours témoigné.

Il est en revanche des attributions plus choquantes...
Le sacristain pense ici à cette prière qui se veut consolante, faussement attribuée à saint Augustin ou Charles Péguy, et qui commence par ces mots : "La mort n’est rien." On ne prête qu’aux riches, c’est bien connu ! Vu l’abondante production littéraire de l’évêque d’Hippone et du fondateur des "Cahiers de la Quinzaine", pourquoi, se dit-on peut-être en colportant cette attribution, l’un ou l’autre n’aurait-il pas pu, aussi, écrire ce texte ?
Tout simplement parce que ces auteurs étaient trop profonds pour dénier à la mort sa dure réalité et écrire une telle contre-vérité ! Le sacristain vous invite à lire à ce sujet la précision du P. Jean-Claude BESANCENEY.

Le nouveau site des dominos

Le nouveau dominicains.fr est conçu comme un site d’information et de prédication, avec une « Une » qui sera régulièrement mise à jour. Parmi les rubriques, vous pouvez ainsi accéder à des articles proposant un regard dominicain sur l’actualité (la lecture, par exemple, du dernier Motu Proprio de Benoît XVI par Pierre Raffin, évêque dominicain de Metz), des conférences sur des thèmes théologiques ou philosophiques, des commentaires bibliques, des conseils pratiques pour apprendre à prier, des analyses des principaux ouvrages de théologie et de philosophie récemment publiés, des informations sur la vie de l’ordre... La dimension multimédia sera aussi très présente sur dominicains.fr avec des vidéos, de l’audio (conférences, offices…) et prochainement une proposition de podcast.

L’énigme du sacristain

La réponse vous est donnée en envoyant par email votre solution à jules.lagoutte chez portstnicolas.org.

Le sacristain aime beaucoup finalement ce mot plein de contradictions.

Ben voyons : pour les menteurs, c’est quelquefois un don ; quand elle est donnée, souvent elle est en l’air, alors elle vole et pourtant, quand elle redescend au bout de nos doigts et qu’elle change donc de nature, elle devient un nom propre et alors elle est la base de notre vie de chrétien.

La photo du sacristain

Le sacristain, retenu par ses obligations, n’a pas pu aller à Lourdes pour le congrès Ecclésia 2007. Mais sa femme, responsable de la catéchèse dans la paroisse de Port Saint Nicolas, y était. On la reconnaît nettement, c’est celle qui a un manteau vert et agite un foulard bleu.

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
Jules LAGOUTTE

Patron du Bar de la Marine de Port Saint Nicolas.

(re)publié: 01/11/2007