LogoAppli mobile

Potins du sacristain - Octobre 2005

Voilà, vous êtes au bar de la Marine, où se trouve généralement le sacristain (il n’a que la place du village à traverser). Pas de chance ! Exceptionnellement, il n’est pas là ! C’est le patron du bar qui pourra nous répéter tout ce que le sacristain y a raconté ce mois-ci. Et puisque vous avez été nombreux à nous demander qui était le sacristain, vous pouvez le voir en photo au bas de cette page.

Oncle Pierre disait :

« Je ne veux pas seulement être croyant, mais croyable. »

Et il disait encore :
« Prière et vie quotidienne, ça va ensemble ; tout cloisonnement risque de défigurer Dieu et d’infantiliser l’homme. »

Et Najat disait :

« Les gens voient ce qui vous manque, rarement ce dont vous êtes capable. »

(Najat, une femme aveugle et mère de deux petites filles qu’elle élève seule.)

La pub du sacristain

Original : Danette (Danone)
Original : Danette (Danone)

Depuis octobre 2002 (autorisation de l’affiche « AMEN » par la justice française utilisant un symbole chrétien à des fins mercantiles), le sacristain tourne le concept dans le sens inverse et fait de la pub chrétienne avec des symboles laïcs, au nom de la même liberté d’expression.

Ah ! Si l’on savait !

Béatrice a une crise cardiaque, et se retrouve à l’hôpital.
Sur la table d’opération, proche de la mort, elle vit une expérience.
Elle voit Dieu et lui demande : « Mon heure est-elle arrivée ? »
Dieu lui répond : « Non, il te reste 43 ans, 2 mois et 8 jours. »
À son réveil, elle décide de demeurer à l’hôpital, de se faire remonter le visage, faire une liposuccion, injecter du collagène dans les lèvres, refaire les seins et tout le reste...
Comme elle devait encore vivre longtemps, cela en valait la peine.

Après cette dernière opération, elle sort de l’hôpital, traverse la rue, et se fait heurter par un camion.
Arrivée au ciel devant Dieu, elle lui demande :
« Il me semble que je devais vivre encore 40 ans et plus ! Pourquoi ne m’avez-vous pas fait éviter la trajectoire de ce camion ? »
Et Dieu de lui répondre :
« Ah ça alors ! Je ne t’avais pas reconnue ! »

Moralité : restons naturels !!!

Extraits de « Ressusciter » de Bobin

Le sacristain aime bien ces deux phrases... et ne résiste pas au plaisir de vous les faire partager :

Quand on regarde hâtivement une chose belle - et toutes les choses vivantes sont belles parce qu’elles portent en elles le secret de leur prochaine disparition - on a envie de la prendre pour soi. Quand on la contemple avec la lenteur qu’elle mérite, qu’elle appelle et qui la protège un instant de sa fin, alors elle s’illumine et on n’a plus envie de la posséder : la gratitude est le seul sentiment qui réponde à cette clarté qui entre en nous.

(...) un intellectuel, c’est-à-dire quelqu’un que sa propre intelligence empêche de penser.

L’énigme du sacristain

La réponse vous est donnée en envoyant par email votre solution à jules.lagoutte portstnicolas.org.

Partagée, elle sert de passage ou de linceul, cela dépend de quel côté on est :
pour Jésus, elle est très productrice ;
pour Pierre, c’est la panique ;
pour Port Saint Nicolas, elle est virtuelle ;
à boire, on n’est pas sorti de l’auberge.
Mais dans cette énigme, en fait, il y a deux erreurs !

Qui est-elle ?

La photo du sacristain

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
Jules LAGOUTTE

Patron du Bar de la Marine de Port Saint Nicolas.

(re)publié: 01/10/2005