LogoAppli mobile

Potins du sacristain - Juin 2004

Voilà, vous êtes au bar de la Marine, où se trouve généralement le sacristain (il n’a que la place du village à traverser). Pas de chance ! Exceptionnellement, il n’est pas là ! C’est le patron du bar qui pourra nous répéter tout ce que le sacristain y a raconté ce mois-ci. Et puisque vous avez été nombreux à nous demander qui était le sacristain, vous pouvez le voir en photo au bas de cette page.

Oncle Pierre disait...

« Dieu est toujours surprise, ne pas s’habituer ! »

Et il disait encore :
« Pour l’homme qui prie, il n’y a ni désespoir, ni tristesse amère. »

La vitrine du Bar de la Marine

On peut se demander pourquoi le sacristain n’a pas encore dévoilé au grand public sa collection fabuleuse d’objets extraordinaires qui seraient ou auraient été l’occasion d’une dévotion populaire intense. Mais sa famille et lui-même pensent que notre foi n’a pas besoin de cela. C’est donc uniquement avec sa passion de collectionneur qu’il a réussi à monter cet ensemble, inestimable aux yeux des marchands du temple. Suite à une pression insupportable de l’équipe d’animation de Port Saint Nicolas, il a accepté de présenter une partie de son musée personnel.

Ce mois-ci :
 La trompette de Jéricho
 Le vase lacrimatoire de Marie-Madeleine
 La pipe du sacristain

La bonne nouvelle
La bonne nouvelle

La bonne nouvelle dénaturée

Vous trouverez ci-contre la photos d’une bouteille d’un breuvage dénommé « bonne nouvelle » qualifié de « rosé sans alcool » ou « boisson non alcoolique à base de vin désalcoolisé, produit de France » ! Comme quoi y’a pas que les Amerloques capables de faire des conneries en matière de vin !

Halte aux discriminations !

N’écoutant que son grand cœur et après avoir dénoncé les ridicules préjugés judéo-chrétiens selon lesquels le mariage ne pourrait concerner que deux personnes de sexes différents, le cousin du sacristain - qui est un militant de la première heure de la lutte contre toutes les discriminations - cherche à faire signer, dans les rues de Port Saint Nicolas, une pétition réclamant le droit pour les hommes d’accoucher comme les femmes.
Aux dernières nouvelles, cette initiative qui semble pourtant aller dans le sens de l’histoire et de la lutte contre toutes les discriminations n’avait pas rencontré un franc succès auprès des habitués du Bar de la Marine. On se demande bien pourquoi !

Le mariage du père Kerygme

Le père Kérygme, rentrant de réunion, a entendu ce message sur son répondeur : « Allô, bonjour. Je suis Caroline Dupont. Je me marie avec vous le 9 octobre, mais je ne me souviens plus de l’horaire exact. Pouvez-vous me le confirmer ? »

Un peu surpris par cet avec, le père Kérygme se demande s’il doit envoyer des faire-part dès maintenant...

Tortures et humiliations en Irak

Le sacristain devant le Bar a entendu cette réflexion d’une dame : « Bien que non américaine, je partage le même type de civilisation dite démocratique évoluée, et je me sens par conséquent personnellement honteuse et peu fière de savoir que nous sommes encore capables de tels agissements dignes de civilisations barbares. »

L’énigme du sacristain

La réponse vous est donnée en envoyant par email votre solution à jules.lagoutte portstnicolas.org.

En commun ce nom est utilisé pour définir l’alcool, matérialiser l’inconnu dans la maison, apprécier l’humour d’un personnage, l’utopie ; s’il est de bas étage, il est signe d’un oubli malencontreux.
En propre, il a souvent besoin d’une confirmation pour se développer, il a laissé aux hommes un souvenir brûlant et le lendemain de sa célébration est, en France, source de polémiques.

La photo du sacristain

On a surpris le sacristain qui s’enfonçait dans la nuit...

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
Jules LAGOUTTE

Patron du Bar de la Marine de Port Saint Nicolas.

(re)publié: 01/06/2004