LogoAppli mobile

Potins du sacristain - Janvier 2004

Voilà, vous êtes au bar de la Marine, où se trouve généralement le sacristain (il n’a que la place du village à traverser). Pas de chance ! Exceptionnellement, il n’est pas là ! C’est le patron du bar qui pourra nous répéter tout ce que le sacristain y a raconté ce mois-ci. Et puisque vous avez été nombreux à nous demander qui était le sacristain, vous pouvez le voir en photo au bas de cette page.

Oncle Pierre disait...

« Dieu est infiniment vulnérable et infiniment solide parce qu’il n’est qu’Amour.
Tout peut le blesser.
Rien ne peut l’empêcher d’aimer. »

Et il disait encore :
« Sauver le monde : c’est la raison d’être de Jésus, c’est la nôtre, la mienne, en lui, par lui, avec lui. »

Les vœux du sacristain

Le sacristain, qui a croisé à la sortie de la messe de minuit l’équipage de PSN, présente aux visiteurs du Port ses vœux pour 2004 : « J’ai envie de leur souhaiter de grandir dans le respect mutuel... de s’ouvrir à l’autre... d’apprendre à respecter l’autre dans son altérité (et non pas dans ce qui nous rend semblables)... c’est me semble-t-il engendreur de paix... cette paix que Dieu nous donne par Jésus Christ, prince de la paix... »

Le flocon de neige

« Dis-moi, combien pèse un flocon de neige ? » demanda la mésange à la colombe. « Rien d’autre que rien » fut la réponse.
Et la mésange raconta alors à la colombe : « J’étais sur une branche d’un sapin quand il se mit à neiger. Pas une tempête, non, juste comme un rêve, doucement, sans violence. Comme je n’avais rien de mieux à faire, je commençais à compter les flocons qui tombaient sur la branche où je me tenais. Il en tomba 3 751 952. Lorsque le 3 751 953e tomba sur la branche - rien d’autre que rien comme tu l’as dit - celle-ci cassa. » Sur ce, la mésange s’envola.
La colombe, une autorité en matière de paix depuis l’époque d’un certain Noé, réfléchit un moment et se dit finalement : « Peut-être ne manque-t-il qu’une personne pour que tout bascule et que le monde vive en paix ! »

Vous avez dit « raciste » ?

Histoires vécues par le sacristain

Un collègue américain de San Francisco visite l’entreprise où travaille le sacristain. Entendu à la sortie d’une réunion de travail : « Eh bien ! Pour un Américain, il n’est pas mal ! »

Le sacristain en voyage dans l’avion de Francfort à New York est à côté d’une vieille dame américaine ; ils discutent un peu, puis la vieille dame demande d’où il vient... De France. Réponse de la dame : « Oh ! From France, really ? I’m very surprised, you are so sympathic ! »

Le sacristain déjeune avec un prêtre, un directeur d’école et la directrice d’un tout nouveau foyer pour handicapés qui vient d’ouvrir. Ces messieurs l’ont invitée afin de faire connaissance. Et cette dame de dire au sacristain en sortant de table : « Oh cet homme, pour un prêtre, quelle ouverture d’esprit ! »

Alors je ne vous dis pas, l’idée que peut se faire des prêtres français une éducatrice spécialisée américaine assez âgée !

L’énigme du sacristain

La réponse vous est donnée en envoyant par email votre solution à [jules.lagoutte portstnicolas.org].

Ce n’est pas à une histoire plus ou moins invraisemblable que pense le sacristain, mais à une évolution des nefs et des vaisseaux appartenant souvent aux abbayes. L’abondance de sa production s’explique par l’évacuation de la peur apocalyptique. Et l’on peut dire que l’explosion florale consacra sa disparition. A quoi pense le sacristain ?

La photo du sacristain

La photo de l’état d’esprit dans lequel se trouve le sacristain le lendemain de la nuit précédente (31 décembre).

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
Jules LAGOUTTE

Patron du Bar de la Marine de Port Saint Nicolas.

(re)publié: 01/01/2004