LogoAppli mobile

Potins du sacristain - Avril 2003

Voilà, vous êtes au bar de la Marine, où se trouve généralement le sacristain (il n’a que la place du village à traverser). Pas de chance ! Exceptionnellement, il n’est pas là ! C’est le patron du bar qui pourra nous répéter tout ce que le sacristain y a raconté ce mois-ci. Et puisque vous avez été nombreux à nous demander qui était le sacristain, vous pouvez le voir en photo au bas de cette page.

Oncle Pierre disait...

« La guerre, crime contre Dieu et contre les hommes,
est le massacre de braves gens qui ne se connaissent pas
au profit de braves gens qui se connaissent et ne se massacrent pas. »

Et il disait encore...
« En Jésus, Dieu s’est manifesté là où on l’attendait le moins. »

Et Martin Luther King disait...

4 avril 68, Martin Luther King se fait assassiner. Le sacristain rend hommage à ce défenseur de la fraternité tous azimuts et de la non-violence. 35 ans après, certains Américains n’ont toujours rien compris...

« In the end, we will remember not the words of our enemies, but the silence of our friends. »
(Finalement, ce ne sont pas les propos de nos ennemis que nous garderons en mémoire, mais les silences de nos amis.)

« Darkness cannot drive out darkness, only light can do that. Hate cannot drive out hate, only love can do that. »
(L’obscurité ne peut chasser l’obscurité, seule la lumière peut le faire. De même la haine ne peut chasser la haine, seul l’amour vaincra la haine.)

Le Vatican place Bush face à ses responsabilités devant l’Histoire

CITÉ DU VATICAN, 18 mars (AFP) - Jean-Paul II veut croire jusqu’au bout à la victoire de l’esprit de paix sur la guerre mais le Vatican a dénoncé mardi le droit que s’est arrogé le président américain George W. Bush de fermer la porte à une solution pacifique en Irak et l’a placé face à ses responsabilités « devant l’Histoire ».
Après avoir lu le discours du président Bush, le pape a chargé son porte-parole, Joaquin Navarro-Valls, de commenter par une phrase simple mais très ferme et dure la position américaine.
« Celui qui décide que tous les moyens pacifiques mis à disposition par le droit international sont épuisés assume une grave responsabilité devant Dieu, devant sa conscience et devant l’Histoire », a affirmé Navarro-Valls dans une déclaration écrite, considérée au Vatican comme l’une des plus dures prises de position du pape.
Toute autre initiative diplomatique du Saint-Siège étant désormais exclue, le souverain pontife en appelle à la conscience et à la sensibilité religieuse du président des Etats-Unis, qui est un chrétien pratiquant.
Selon des sources vaticanes informées, Jean-Paul II devrait personnellement réitérer cet appel mercredi à l’occasion de l’audience générale hebdomadaire, un rendez-vous avec les pèlerins qui lui permet de s’adresser au monde entier.
Le Vatican a fait son possible depuis le début de la crise irakienne pour trouver une solution pacifique, multipliant les voyages des envoyés spéciaux, à Bagdad et Washington, et les interventions du souverain pontife.
« La guerre est un crime contre la paix qui crie vengeance devant Dieu », avait déclaré l’archevêque Renato Raffaele Martino, président du Conseil pontifical pour la justice et la paix et ancien observateur permanent à l’ONU, sur les antennes de Radio Vatican.
Les collaborateurs du pape affirment que le chef de l’Eglise catholique continue à « espérer contre tout espoir », en dépit du pessimisme qui était sensible mardi même dans les milieux diplomatiques du Vatican.
Jean-Paul II, soulignent-ils, a consacré la messe célébrée mardi matin dans sa chapelle privée à la paix, en priant le Seigneur pour qu’il « touche les cœurs » de Saddam Hussein et du président Bush, comme si un miracle pouvait se produire au tout dernier moment.
Il a prié également pour les populations irakiennes qui risquent de payer lourdement encore une fois les frais d’un conflit.
« Le pape veut désarmer les cœurs, alors que le monde vit entre l’angoisse et l’espoir », a commenté mardi L’Osservatore Romano.
Dimanche dernier, le souverain pontife avait insisté : « Il y a encore du temps pour négocier, il y a encore un espace pour la paix, il n’est jamais trop tard pour se comprendre et continuer à traiter. »
Il s’était adressé surtout au président Bush pour lui rappeler que « réfléchir sur ses devoirs, s’engager dans des négociations efficaces ne signifie pas s’humilier, mais travailler avec responsabilité à la paix ».
Jean-Paul II craint surtout les conséquences du conflit annoncé, non seulement dans la région du Moyen-Orient mais dans le monde entier, en raison d’une flambée des extrémismes qu’une guerre, interprétée dans le monde islamique comme un affrontement de civilisations et de religions, pourrait entraîner.

Pluralité d’informations

Le sacristain ne regrette pas d’avoir installé une parabole l’été dernier dans le jardin d’André Kerygme, curé de Port St Nicolas. Cela lui permet aujourd’hui, dans la guerre de propagande que se livrent les belligérants, d’avoir d’autres nouvelles du front en Irak que celles qui ont été filtrées par CNN, Associated Press ou Reuters et d’entendre un autre discours de propagande. Disponibles sur les satellites Astra 19.2° East sont :
- Qatar (Al Jazeera) en arabe : Video PID 55, Audio PID 56
- Egypte, en arabe : Video PID 163, Audio PID 104
- Maroc, en arabe : Video PID 162, Audio PID 96
- Algérie, en arabe, en français à 13:00 et 20:00 heures : Video PID 168, Audio PID 138
Les stations émettent toutes sur la même fréquence de 11568 MHz, polarisation verticale, fréquence symbole 22 kHz.

Collégialité, subsidiarité, catholicité

Peut-être suis-je trop optimiste, mais je crois que certaines réformes pourraient redonner à l’Eglise plus de vitalité et davantage de confiance aux fidèles. Ces réformes, on les connaît bien et on sait ce qu’il faudrait faire. Cela tient en trois mots : d’abord la collégialité. Elle doit être vécue non seulement au niveau des grandes décisions romaines, mais aussi dans la parole de l’Eglise. Autre réforme indispensable : la subsidiarité qui consiste à ne pas retirer des responsabilités à un niveau donné pour les confier au niveau supérieur si le premier est capable de les assumer. Enfin, la catholicité avec l’œcuménisme que cela suppose, c’est-à-dire l’acceptation qu’il y ait une pluralité de formes de vie chrétienne, de pratiques, d’intelligence de la foi et donc de théologies.
Si on mettait en œuvre ces trois éléments : collégialité, subsidiarité, catholicité, je crois que beaucoup d’évolutions seraient possibles. En disant cela, ce n’est pas la démocratie que j’introduis dans l’Eglise, car je me réfère à des concepts éminemment catholiques.

(Hippolyte Simon in Chrétiens, tournez la page, entretiens avec Yves de Gentil-Baichis, Bayard, Paris, 2002)

Les « perles du bac 2002 »

Dédiée au sacristain :
Une bibliothèque c’est comme un cimetière pour les vieux livres.

Dédiée à Catherine, spécialiste MathLab :
Galilée a été condamné à mort parce qu’il est le premier à avoir fait tourner la terre.

Dédiée à Philippe L., virtuose de la bombarde :
La Normandie est bordée par des plages bretonnes.

Dédiée à titre posthume à Hervé Boulic, qui avait du mal à ne pas voir de contradiction dans l’expression « poète des chiffres » :
Le zéro est le seul chiffre qui permet de compter jusqu’à un.

Dédiée à Philippe G., ingénieur à l’esprit logique :
Les rivières coulent toujours dans le sens de l’eau.

Dédiée à Olivier, vigneron par passion :
On dit que l’eau est potable quand on ne meurt pas en la buvant - L’alcool permet de rendre l’eau potable.

Dédiée à Jim, grand réparateur des pannes devant l’Eternel :
Sans les pannes, les machines seraient inhumaines.

L’énigme du sacristain

La réponse vous est donnée en envoyant par email votre solution à jules.lagoutte portstnicolas.org.

Le sacristain trouve que, dans ces temps de folie,
il serait bon de se remémorer le geste du Christ
qui montre à tous le devoir du chef souverain.
Mais quel est donc ce geste ?

La photo du sacristain

Le sacristain attend le ’’train des Pignes’’... Vous le reconnaîtrez facilement, il est juste derrière son parapluie.

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
(re)publié: 01/04/2003