LogoAppli mobile

Potins du sacristain - Novembre 2002

Voilà, vous êtes au bar de la Marine, où se trouve généralement le sacristain (il n’a que la place du village à traverser). Pas de chance ! Exceptionnellement, il n’est pas là ! C’est le patron du bar qui pourra nous répéter tout ce que le sacristain y a raconté ce mois-ci. Et puisque vous avez été nombreux à nous demander qui était le sacristain, vous pouvez le voir en photo au bas de cette page.

Oncle Pierre disait...

« La croix que tu portes, c’est quand même mieux que l’enfer. »

Et il disait encore...
« Finalement, l’histoire avance dans le sens de l’Esprit : l’aspiration à la justice et à la paix n’a jamais été aussi forte qu’aujourd’hui. »

Patrick Henry

Le sacristain est troublé, mal à l’aise par la rechute de Patrick Henry...
Comment Dieu fait-il pour pour nous accepter comme nous le sommes avec nos multiples rechutes.
Pardonne-nous nos offenses...!!!

Marie-Françoise quitte le Port...

Nous étions cinq, jamais nous ne nous sommes rencontrés tous ensemble.
Nous étions cinq, quatre hommes et une femme.
Une femme dévouée au service de la République, la plus jeune d’entre nous.
Mais voilà, tous comptes faits, Port Saint Nicolas demande beaucoup d’attention, beaucoup de recherches, beaucoup de réflexion, une présence constante, difficile à conjuguer avec les charges et les occupations apportées par les soucis de la société. Ses déménagements, Chambéry, Nice, Paris, Montreuil-sur-Mer, l’ont obligée à chaque fois à se refaire une vie. Marie-Françoise a passé des journées d’astreinte à scanner des livres entiers qui sont maintenant sur le Port, elle nous a, par ses remarques judicieuses, évité des surprises. Nous sommes donc tristes de vous annoncer son départ de la capitainerie.
Marie-Françoise, merci de ton aide, merci de ta présence féminine au milieu de nous.
Bon vent dans les méandres du service de l’Etat, où, là aussi, là surtout, on a besoin de toi. Puisse ta manière d’y vivre les responsabilités sentir bon l’Evangile et puisses-tu toi-même trouver la manière chrétienne de « rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu » !

Les mérites des fils

Quatre mères de prêtres discutent des mérites de leurs fils.
Le mien, dit la première mère, il est curé. Quand il entre quelque part, on lui dit, fort respectueusement : « Bonjour, monsieur le curé. »
La seconde dit : Mon fils est évêque et lorsqu’il entre quelque part, on lui dit : « Bonjour, monseigneur. »
Eh bien, dit la suivante, mon fils est cardinal et lorsqu’il entre quelque part, on lui dit : « Bonjour, éminence. »
La quatrième mère réfléchit un instant avant de répondre : Eh bien, mon fils il mesure deux mètres et pèse 123 kilos et lorsqu’il entre quelque part, on lui dit : « Mon Dieu ! »

La préhistoire des ordinateurs

Pour revenir sur les discussions autour d’un certain Isidore qui aurait tant fait pour l’informatique et qui deviendrait le patron d’Internet, Port Saint Nicolas a continué ses recherches afin de prouver que Isidore n’est certainement pas à l’origine des ordinateurs. Nos spécialistes de la préhistoire ont découvert des traces de l’utilisation journalière des ordinateurs bien avant Abraham même.

Le sens de Halloween

D’ailleurs, toujours en balayant la cour du presbytère le 31 octobre, le sacristain entendait Max et Toto se battre. A bout d’arguments Toto hurle : « D’abord toi tu n’es qu’une vielle courge ! » Et Max de répondre : « Alors formidable, c’est justement ma fête aujourd’hui ! »

Le sacristain vient de comprendre le sens de la fête d’Halloween.

L’énigme du sacristain

La réponse vous est donnée en envoyant par email votre solution à jules.lagoutte portstnicolas.org.

Arius, Aetius, Eumonius, Nestorius, Origène, Pelage, Sabelius, Mani, Sergius, Eutychès, Pierre Valdo, Gérard Segarelli, John Wyclif, Jan Hus ont tous un point commun.
Lequel ?

La photo du sacristain

Il est en train de balayer les feuilles dans la cours du presbytère. Vous ne pouvez pas le manquer, il vient de passer derrière le sycomore.

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
(re)publié: 01/11/2002