LogoAppli mobile

Potins du sacristain - Avril 2002

Voilà, vous êtes au bar de la Marine, où se trouve généralement le sacristain (il n’a que la place du village à traverser). Pas de chance ! Exceptionnellement, il n’est pas là ! C’est le patron du bar qui pourra nous répéter tout ce que le sacristain y a raconté ce mois-ci.

Oncle Pierre disait :

« Celui-là travaille plus efficacement pour la terre qui œuvre pour le ciel. »

Et il disait encore :
« Dans les consciences, Dieu veut entrer PAISIBLEMENT. »

Avis

Le sacristain, qui n’a pas suffisamment de moyens, vous informe qu’à partir du lundi de Pâques, il ne répondra plus aux lettres anonymes si ceux qui l’ont envoyé n’ont pas joint un timbre pour la réponse.

La pub du sacristain

Original : Mitsubishi Motors

Cette fois-ci, c’est officiel : la justice française a autorisé l’affiche AMEN. On peut donc dorénavant faire de la pub pour n’importe quoi avec des symboles qui ne vous appartiennent pas, au nom de je ne sais quelle liberté douteuse. Le sacristain peut donc continuer sur sa lancée du mois dernier et refaire une autre pub chrétienne avec un symbole laïc.

Rappel de sciences politiques

Bientôt les élections en France, alors réfléchissons un peu et reprenons les bases de la politique :
 Fascisme : Vous avez deux vaches. Le gouvernement vous prend les deux et vous vend le lait.
 Nazisme : Vous avez deux vaches. Le gouvernement vous prend la vache blonde et abat la brune.
 Dictature : Vous avez deux vaches. Les miliciens les confisquent et vous fusillent.
 Féodalisme : Vous avez deux vaches. Le seigneur s’arroge la moitié du lait.
 Démocratie : Vous avez deux vaches. Un vote décide à qui appartient le lait.
 Démocratie représentative : Vous avez deux vaches. Une élection désigne celui qui décidera à qui appartient le lait.
 Démocratie de Singapour : Vous avez deux vaches. Vous écopez d’une amende pour détention de bétail en appartement.
 Anarchie : Vous avez deux vaches. Vous les laissez se traire en autogestion.
 Capitalisme : Vous avez deux vaches. Vous en vendez une, et vous achetez un taureau pour faire des petits.
 Capitalisme de Hong Kong : Vous avez deux vaches. Vous en vendez trois à votre société cotée en bourse en utilisant des lettres de créance ouvertes par votre beau-frère auprès de votre banque. Puis vous faites un échange de dettes contre participation, assorti d’une offre publique, et vous récupérez quatre vaches dans l’opération tout en bénéficiant d’un abattement fiscal pour entretien de cinq vaches. Les droits sur le lait de six vaches sont alors transférés par un intermédiaire panaméen sur le compte d’une société des îles Caïman, détenue clandestinement par un actionnaire qui revend à votre société cotée les droits sur le lait de sept vaches. Au rapport de la dite société figurent huit ruminants, avec option d’achat sur une bête supplémentaire. Entre-temps vous abattez les deux vaches parce que leur horoscope est défavorable.
 Capitalisme sauvage : Vous avez deux vaches. Vous équarrissez l’une, vous forcez l’autre à produire autant que quatre, et vous licenciez finalement l’ouvrier qui s’en occupait en l’accusant d’avoir laissé la vache mourir d’épuisement.
 Bureaucratie : Vous avez deux vaches. Le gouvernement publie des règles d’hygiène qui vous invitent à en abattre une. Après quoi il vous fait déclarer la quantité de lait que vous avez pu traire de l’autre, il vous achète le lait et il le jette. Enfin il vous fait remplir des formulaires pour déclarer la vache manquante.
 Ecologie : Vous avez deux vaches. Vous gardez le lait et le gouvernement vous achète la bouse.
 Sexisme : Vous avez deux vaches. Le gouvernement vous inflige une amende pour discrimination. Vous échangez une de vos vaches pour un taureau que vous trayez aussi.
 Surréalisme : Vous avez deux girafes. Le gouvernement exige que vous leur donniez des leçons d’harmonica.
 Capitalisme européen : Vous avez deux vaches. On vous subventionne la première année pour acheter une troisième vache. On fixe des quotas la deuxième année et vous payez une amende pour surproduction. On vous donne une prime la troisième année pour abattre la troisième vache.
 Monarchie constitutionnelle britannique : Vous avez deux vaches. Vous en tuez une pour la donner à manger à l’autre. La vache vivante devient folle. L’Europe vous subventionne pour l’abattre. Vous la donnez à manger à vos deux moutons.
 Capitalisme à la française : Pour financer la retraite de vos deux vaches, le gouvernement décide de lever un nouvel impôt : la CSSANAB (Cotisation Sociale de Solidarité Avec Nos Amis les Bêtes). Deux ans après, comme la France a récupéré une partie du cheptel britannique, le système est déficitaire. Pour financer le déficit on lève un nouvel impôt sur la production du lait : le RAB (Remboursement de l’Ardoise Bovine). Les vaches se mettent en grève et il n’y a plus de lait. Les Français sont dans la rue : ’’Du lait, on veut du lait !’’ La France construit un lactoduc sous la Manche pour s’approvisionner auprès des Anglais. L’Europe déclare le lait anglais impropre à la consommation. Le lactoduc ne servira jamais mais on lève un nouvel impôt pour son entretien.

Comprendre les ingénieurs qui construisent ce réseau merveilleux...

Tentative n° 3 :

Un curé, un médecin et un ingénieur jouent au golf. Ils attendent après un groupe de golfeurs particulièrement lents. Au bout d’un moment, l’ingénieur explose et dit : ’’Mais qu’est-ce qu’ils fichent ? Ça fait bien un quart d’heure qu’on attend là !’’ Le docteur intervient, exaspéré lui aussi : ’’Je ne sais pas, mais je n’ai jamais vu des gens s’y prendre aussi mal !’’ Le pasteur dit alors : ’’Attendez, voilà quelqu’un du golf. On n’a qu’à le lui demander. - Dites-moi, il y a un problème avec le groupe de devant. Ils sont plutôt lents, non ?’’ L’autre répond : ’’Ah oui, c’est un groupe de pompiers aveugles. Ils ont perdu la vue en tentant de sauver le golf des flammes l’année dernière, alors depuis, on les laisse jouer gratuitement.’’
Le groupe reste silencieux un moment, et le pasteur dit : ’’C’est si triste. Je vais faire une prière spécialement pour eux ce soir.’’ Le médecin ajoute : ’’Bonne idée. Et moi, je vais contacter un copain chercheur ophtalmologiste pour voir ce qu’il peut faire.’’ Et l’ingénieur : ’’M’enfin ! Pourquoi ils jouent pas la nuit ?’’

Tentative n° 4 :

Un ingénieur traversait la rue lorsqu’une grenouille l’appela et lui dit : ’’Si tu m’embrasses, je me transformerai en une magnifique princesse.’’ Il se baissa, ramassa la grenouille et la mit dans sa poche.
La grenouille lui dit alors : ’’Si tu m’embrasses, je me transformerai en une magnifique princesse et je resterai à tes côtés pendant une semaine.’’ L’ingénieur sortit la grenouille de sa poche, lui fit un sourire et la replaça dans sa poche.
La grenouille se mit alors à crier : ’’Si tu m’embrasses, je me transformerai en une magnifique princesse, je resterai à tes côtés pendant une semaine et je ferai tout ce que tu veux.’’ Encore une fois, l’ingénieur sortit la grenouille de sa poche, lui sourit et la remit dans sa poche.
La grenouille lui demanda alors : ’’Quoi, qu’est-ce qu’il y a ? Je te dis que je suis une magnifique princesse, que je resterai à tes côtés pendant une semaine et que je ferai tout ce que tu veux ! Alors pourquoi tu ne m’embrasses pas ?’’
L’ingénieur répondit : ’’Regarde-moi, je suis un ingénieur. J’ai pas le temps d’avoir une petite amie. Par contre, une grenouille qui parle, ça, c’est cool !’

L’énigme du sacristain

La réponse vous est donnée en envoyant par email votre solution à jules.lagoutte portstnicolas.org.

Pourquoi Noël 2002 ne paraît pas être une date cohérente ?

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
Jules LAGOUTTE

Patron du Bar de la Marine de Port Saint Nicolas.

(re)publié: 01/04/2002