LogoAppli mobile

Potins du sacristain - Novembre 2001

Voilà, vous êtes au bar de la Marine, où se trouve généralement le sacristain (il n’a que la place du village à traverser). Pas de chance ! Exceptionnellement, il n’est pas là ! C’est le patron du bar qui pourra nous répéter tout ce que le sacristain y a raconté ce mois-ci. Et en bas de page, comme vous avez été nombreux à nous le demander, la photo du sacristain.

Oncle Pierre disait :

« J’aime beaucoup la vie,
mais que cet amour de la vie ne me fasse pas craindre la mort. »

Et il disait encore :
« Ah, que j’aimerais savoir prier pour rien... »

Bayardweb, un monde à payer !?

Le sacristain a été surpris de voir que la plus grande maison d’édition religieuse a décidé de franchir le pas vers l’Internet payant. Alors que jusqu’à présent, toutes les ressources du web catholique étaient gratuites, Bayard lance avec croire.com un serveur sur abonnement. On y trouve « des prières, des pistes de réflexion et des guides pratiques pour faire une retraite » pour 3 à 4 euros par mois. Avec les tonnes de publications imprimées et vendues chaque mois en faisant du bénéfice, Bayard est pourtant le premier qui aurait pu fournir un service à toute la communauté en distribuant les innombrables vieux et moins vieux articles qu’ils ont dans leurs archives gratuitement.

Régates à Paris

Deux skippers de Port Saint Nicolas ont participé à des régates le WE du 20 octobre en essayant de franchir correctement les bouées placées du côté de Notre-Dame de Pentecôte et près du resto du centre commercial d’en face. Plusieurs départs thématiques sur les réseaux, la pastorale, les choix techniques et évangéliques ont été donnés avec, à chaque fois, entre 10 et 30 participants. Deux courses ont du être annulées par manque de vent. « Une franche réussite pour ces premières rencontres d’Eklesia.net », comme l’ont rapporté les deux représentants de PSN au bar de la Marine.

La foi en libre accès

Le sacristain a lu avec intérêt le mémoire « L’Eglise catholique sur Internet : La foi en libre accès » de Bénédicte Malphettes, étudiante au CELSA, Université Paris IV Sorbonne. Une analyse très complète sur tout ce petit monde de Don Camillo qui s’agite autour de l’évangélisation par le réseau. Pour les intéressés, le document est téléchargeable à partir de la capitainerie de Port St Nicolas version PDF.

« Cachez ce saint que je ne saurais voir ! »

Ne cherchez pas chez nous quelque nouvelle « tartuferie » de faux dévot face à une statue représentant une Vierge allaitant l’enfant Jésus. Ceux qui fréquentent le Bar de la Marine se doutent que le sacristain n’est pas pudibond à ce point ! Mais cela a dû être l’indignation légitime du cardinal Jorge Arturo Medina Estévez, préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, devant tel ou tel saint douteux ou trop légendaire de l’ancien martyrologe. En effet, après quelques enquêtes historiques, le catalogue officiel des saints de l’Eglise catholique ne compte plus que 6 538 modèles dûment estampillés !

L’énigme du sacristain

La réponse vous est donnée en envoyant par email votre solution à jules.lagoutte portstnicolas.org.

Curieuse, cette liane, d’origine brésilienne ; son nom rappelant un événement douloureux pour les chrétiens lui a été donné par des prêtres espagnols qui voyaient dans sa superbe fleur des symboles troublants. On a donné à une des ses espèces la nom de « Impératrice Eugénie », et les petits enfants ou les grands qui se régalent du sirop ou des glaces faites à partir de ses fruits sont loin de se douter de son histoire...

Quelle est donc cette plante...?

La photo du sacristain

Qui a dit que le sacristain était un vieux ? Le voici en train de faire sa gymnastique matinale non loin de Port Saint Nicolas.

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
(re)publié: 01/11/2001