LogoAppli mobile

Potins du sacristain - Juin 2001

Voilà, vous êtes au bar de la Marine, où se trouve généralement le sacristain (il n’a que la place du village à traverser). Pas de chance ! Exceptionnellement, il n’est pas là ! C’est le patron du bar qui pourra nous répéter tout ce que le sacristain y a raconté ce mois-ci. Et en bas de page, comme vous avez été nombreux à nous le demander, la photo du sacristain.

Oncle Pierre disait :

« La distraction est normale dans la prière ;
ce n’est ni un péché, ni une faute, ni un signe de peu de ferveur, mais elle manifeste tout simplement que nous sommes des hommes qui aimons tout en Dieu. »

Et il disait encore :
« Peut-être que ces choses faites sans goût, avec peine, sont celles justement celles que Dieu apprécie le plus. »

Les surprises du jugement dernier

Le dossier thématique de PSN étant ce mois-ci l’argent, le sacristain ne s’est pas privé de raconter sa version personnelle de l’Apocalypse au Bar de la Marine :

Février 2002. La petite pièce d’1 franc et le billet de 500 francs, qui l’un et l’autre ont cédé la place à l’euro et ont donc achevé leur mission terrestre, comparaissent devant saint Pierre.

La première est toute surprise, réjouie et presque confuse d’être reçue avec de grands honneurs et installée sur l’un des plus beaux nuages blancs du paradis, dans un concert de louanges célestes. Voyant cela, le fier billet de 500 francs s’attend à des égards plus grands encore. Mais saint Pierre ne lui indique, assez sèchement d’ailleurs, qu’un nuage beaucoup moins haut et beaucoup moins beau, où très vite le billet de 500 francs s’ennuie ferme. N’en pouvant plus d’entrevoir de loin la petite pièce rutilante de soleil et d’entendre les échos angéliques de l’aubade et des rires en provenance de ce joli petit nuage où se prélasse la piécette, le billet de 500 francs, crevant de jalousie, s’en va trouver saint Pierre et compte bien lui demander quelques explications.

Mais saint Pierre a tôt fait de l’interrompre : « Oh, toi, ne la ramène pas ! D’abord, sur terre, à la différence de la pièce d’1 franc, on ne t’a pas vu beaucoup à la messe ! »

« Bravo les Terriens ! »

de notre envoyé spécial de la Planète CSA

On m’a envoyé sur Terre pour faire un reportage sur une émission de la télévision française qui, paraît-il, attire régulièrement 5 à 6 millions de voyeurs et dont les retombées financières intéressent au plus haut point mes supérieurs galactiques.

Nous n’avons pas, chez nous, les mêmes notions du temps et des nombres ; j’ai donc débarqué, par un beau matin de mai (il paraît que cela faisait longtemps que les matins n’avaient pas été aussi beaux chez les Terriens) dans une maison où une drôle de boîte diffusait des images animées.

Première surprise, j’avais lu le dossier de presse et c’était bien mieux que ce que je pouvais imaginer : quel décor luxueux dans le loft ! Quelle incroyable reconstitution d’architectures d’époque : style gothique pur, chœur gothique flamboyant, lumière extraordinaire diffusée par des vitraux multicolores avec éclairage naturel ! Bravo les Terriens ! Et la musique... que des artistes de haut niveau... de l’orgue, des violons une chorale et la foule qui reprenait tous ces chants si merveilleux...

Je n’étais pas au bout de mes surprises ! La participation de tous les membres de cette assemblée m’a paru remarquable, chacun y avait sa place, des plus grands aux plus petits... (on m’avait parlé dans le dossier de presse de 11 candidats devant être éliminés tour à tour ?). Peut-être est-ce pour durer plus longtemps qu’on en a choisi un bon millier ?

Ces Terriens sont décidément bien mystérieux !

Je regardai donc avec le plus grand intérêt le déroulement de cette émission en regrettant toutefois de ne pouvoir y participer tant la communion entre les différents participants semblait intense : richesse des dialogues, participation de tous, textes très beaux... notamment celui-là dont je me souviens : « Mes petits enfants, je suis encore avec vous, mais pour peu de temps. Je vous donne un commandement nouveau : c’est de vous aimer les uns les autres... » C’était vraiment passionnant et je n’ai pas vu le temps passer pendant les cinquante minutes de l’émission en vrai direct !

Ma dernière surprise, ce fut le final éblouissant où tous les participants sont sortis libres et prêts à revenir (vraiment le dossier de presse était fort incomplet) car j’ai appris par la suite que c’était comme cela tous les dimanches et même en de nombreux autres lieux sur la Terre... Ils sont vraiment très forts, ces Terriens !

PS : J’ai oublié le principal : ça passe tous les dimanches à 11 heures sur FR2 et ça s’appelle « Le Jour du Seigneur »...

On a voulu l’acheter, mais on nous a dit : « Là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur (encore une belle phrase), on vous l’offre... »

Ça promet...

Perle authentique, donnée par un copain maître de conférence qui corrigeait un devoir d’informatique de DUT seconde année : « Je ne vous donne pas le résultat parce que n’ai pas de calculette et que je ne sais plus faire de division » (il fallait diviser 128 par 82 et donner au moins 2 chiffres significatifs...).

(Source : Henri-Pierre Charles, président d’Eklesia.net)

Les religieuses larguent les amarres

Un équipage de religieuses court le Grand Prix du Crouesty (Port du Crouesty-Arzon, Morbihan) sur un First Class 8. A cette occasion, elles vont lancer officiellement leur projet de Tour de France à la Voile en 2002. Ce projet est soutenu par la Conférence des Supérieures Majeures et regroupe une vingtaine de religieuses de plus de dix congrégations différentes.

Le sacristain tient à leur rappeler qu’il n’y a qu’un seul maître à bord après Dieu et que c’est le capitaine.

L’énigme du sacristain

La réponse vous est donnée en envoyant par email votre solution à jules.lagoutte portstnicolas.org.

Si rien de pousse dessus, c’est un objet de prière
s’il remue de la terre, c’est un lieu de prière
s’il est enfermé dans l’habitude, c’est le tout de saint Paul
enfin s’il se déguise en nonne, il devient l’ennemi des Verts
et pour vous aider,
s’il est rigolo il a sa place dans tout bon livre...

La photo du sacristain

Le sacristain jouant du trombone lors de la kermesse paroissiale de Port St Nicolas.

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
(re)publié: 01/06/2001