LogoAppli mobile

Potins du sacristain - Janvier 2001

Voilà, vous êtes au bar de la Marine, où se trouve généralement le sacristain (il n’a que la place du village à traverser). Pas de chance ! Exceptionnellement, il n’est pas là ! C’est le patron du bar qui pourra nous répéter tout ce que le sacristain y a raconté ce mois-ci.

Oncle Pierre disait :

En débutant une nouvelle année...
« Je suis chrétien pour que Dieu me donne de le devenir. »

Et il disait encore, au sujet de l’œcuménisme :
« Toutes les réformes demandées au seizième siècle par les protestants ont été réalisées. OUF !!! »

Empêcheur-de-chercher-en- rond

Au risque de passer pour un « empêcheur-de-chercher-en-rond », le sacristain de Port Saint Nicolas se demande si nos hommes politiques, en France, ne sont pas en train de céder à la pression des chercheurs et si l’embryon humain n’est pas, quoi qu’on en dise, en passe de devenir, dans l’avant-projet de loi du gouvernement sur la bioéthique, un simple matériau destiné à fournir les précieuses cellules souches tant convoitées par les chercheurs. Vouloir que la science médicale progresse, notamment pour le traitement de certaines maladies graves et mortelles, est une bonne chose. A condition qu’on ne blesse pas l’être même de l’homme en réduisant l’embryon à n’être qu’un simple amas de cellules ! La recherche médicale ne justifie pas tout !

Un simple alibi pour la morale

La mode est à la création de commissions et de comités, censés éviter les dérives potentielles de la recherche médicale. Mais, ainsi que le note fort justement le P. Patrick Verspieren, ancien membre du Comité Consultatif National d’Ethique et membre du département d’éthique biomédicale au Centre Sèvres (Paris), « ce n’est pas parce qu’on crée des commissions ou des comités, destinés à exercer un contrôle, que l’on fait disparaître le problème moral que posent ces recherches. Parfois, au contraire, la création de ces comités peut être un pur alibi pour se dispenser de prendre totalement au sérieux les exigences morales ». Nul ne saurait dispenser le législateur de prendre ses responsabilités morales et politiques !

Scientifique, humaniste, catholique

Le mois dernier un grand catholique disparaissait ; ce mois-ci le sacristain veut rendre hommage à Louis Leprince-Ringuet mort à 99 ans en cette fin décembre 2000. Il retiendra cette phrase bien actuelle : « Les scientifiques poursuivent l’œuvre du Créateur, ils ne sauraient se substituer à lui. La science seule, malgré toute sa grandeur et sa puissance, ne peut et ne pourra pas résoudre tous les problèmes. L’utilisation de la science pour le bien ou pour le mal de l’humanité demande à l’homme une attitude spirituelle dépassant le plan scientifique pour que le formidable outil ne se retourne pas contre son créateur. »

Religion sympathique

« La sympathie est forte lorsque les religions fonctionnent comme des repères offerts à la libre décision de chacun et comme des guides possibles pour la vie personnelle ; par contre, l’antipathie devient tout aussi forte lorsque des groupes religieux sont perçus comme des carcans et des chemins imposés... »

(Bruno Chenu, La Croix)

Sur le front des plantages

Version corse

L’énigme œcuménique du sacristain

La réponse vous est donnée en envoyant par Email votre solution à [jules.lagoutte portstnicolas.org].

Je fus « inventé » par Luther en 1529,
repris par Calvin en 1545,
il faudra attendre 1601 avec François de Sales
pour me voir apparaître en France.
Chaque diocèse aura le sien jusqu’en 1947.

Je suis...

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
(re)publié: 01/01/2001