LogoAppli mobile

Potins du sacristain - Février 2001

Voilà, vous êtes au bar de la Marine, où se trouve généralement le sacristain (il n’a que la place du village à traverser). Pas de chance ! Exceptionnellement, il n’est pas là ! C’est le patron du bar qui pourra nous répéter tout ce que le sacristain y a raconté ce mois-ci.

Oncle Pierre disait :

« Le vrai témoin vit de sa foi, un point c’est tout !
Et il laisse aux autres le soin de conclure. »

Et il disait encore :
« Le Saint Esprit souffle souvent à côté des tuyaux calibrés des techniques de diffusion apostolique. »

Veux-tu téléphoner à Dieu ?

Sept règles pour une bonne communication :

  1. Choisis le bon code régional. Ne compose pas à l’aveuglette.
  2. Une conversation téléphonique avec Dieu n’est pas un monologue. Ne parle pas sans arrêt, mais écoute celui qui te parle à l’autre bout du fil.
  3. Si la communication est interrompue, vérifie si ce n’est pas toi qui as coupé le contact.
  4. Ne prends pas l’habitude d’appeler Dieu uniquement en cas d’urgence.
  5. Ne téléphone pas seulement à Dieu aux heures du tarif réduit, c’est à dire en fin de semaine. Un court appel devrait être possible régulièrement.
  6. Prends note que les appels auprès de Dieu sont sans frais.
  7. N’oublie pas de rappeler Dieu qui te laisse sans cesse des messages sur ton répondeur.

NB :
Si malgré l’observation de ces règles, la communication s’avère difficile, adresse-toi en toute confiance à l’Esprit Saint : il rétablira la communication.
Si ton appareil ne fonctionne plus du tout, apporte-le à l’atelier de réparation que l’on appelle également sacrement du pardon.
Tout appareil est garanti à vie et sera remis à neuf par un traitement gratuit.

Blablabla...

Ils sont bavards à Port Saint Nicolas. Quelqu’un a été compter les mots de PSN. Savez vous que la bande a écrit, lu et relu à fin janvier 61 662 mots différents dans 1 118 pages.

Sacristain, un service d’avenir

Le sacristain a lu avec beaucoup de plaisir un article de monsieur R. Beauvery (délégué régional centre-est à l’art sacré) consacré à ce métier d’avenir.

En cette période où le nombre de paroisses diminue de façon drastique, où les églises demeurent seules au milieu des villages, on ne saurait trop insister pour que ce qui fait l’âme du village soit conservée : quoi de plus triste en effet qu’une église fermée et non entretenue. « Grâce au sacristain, la porte de l’église est ouverte. Le passant, les touristes, l’affligé de quelque manière que ce soit, d’ici ou venu incognito d’ailleurs, peuvent franchir le seuil de l’église, entrer, s’asseoir, regarder, faire silence, éprouver, éventuellement, une émotion esthétique, libératrice, et, qui sait, une inspiration spirituelle vers plus haut que soi. Deux amoureux peuvent y continuer un dialogue confidentiel tandis que des parents ou des grands-parents peuvent expliquer et transmettre à leurs enfants quelque message plus crédible dans un tel lieu. Il serait opportun, en ces temps de regroupement des paroisses, d’être particulièrement attentifs au service que pourrait rendre un sacristain, une sacristine, homme ou femme, laïc ou religieux, soit en sauvegardant à l’église son caractère de Maison de Dieu, soit en assurant un ministère d’accueil bienveillant dans une maison de l’homme, ouverte, propre, habitée, crédible. »
En cette période d’élections municipales il est nécessaire de rappeler au Conseil que par la force des choses « il devient pratiquement seul » maître d’ouvrage « pour sauvegarder » son « lieu de mémoire, son patrimoine chargé d’histoire, des techniques et des arts, de la vie, de la joie, de la peine et des aspirations de ses ancêtres » qui ont fait le pays, « un signal identificateur du village d’hier et d’aujourd’hui ».
Dans les paroisses regroupées, le sacristain n’est plus et ne sera plus un simple aide à la liturgie, il devient un personnage public.

Cinq bonnes raisons...

pour le sacristain de s’intéresser à Internet

1. Tout est bon pour annoncer Jésus-Christ !

« Malheur à moi si je n’annonce pas l’Evangile ! » écrit saint Paul... « C’est une nécessité qui s’impose à moi ! » (1 Co 9,16-23). Livre, cinéma, Internet... Tout est bon pour annoncer Jésus Christ. Dans les siècles passés, les chrétiens ont d’ailleurs fait preuve d’inventivité : invention du livre (le codex qui remplace les rouleaux et rend la lecture plus aisée), la Bible comme premier livre imprimé et probablement le plus diffusé à travers le monde. A la « galaxie Gutenberg » succède une civilisation de l’image et du virtuel. Il serait dommage que les chrétiens manquent cette révolution technique et culturelle que représente l’outil Internet !

2. Ne sont crédibles que ceux qui se mouillent !

Difficile de prétendre aimer Jésus, si l’on n’aime pas les hommes de ce temps, si l’on ne s’intéresse pas à ce qui les intéresse, si l’on ne partage pas quelques-unes au moins de leurs passions. Internet est l’une de ces passions... Plutôt que de nous poser en éternels censeurs de la société et d’un Internet soupçonné de toutes les perversions possibles, pourquoi ne pas tâtonner avec ceux qui tâtonnent et chercher à domestiquer ce nouvel outil pour en chercher le meilleur usage ?

3. Oser proposer la foi et entrer en débat !

N’ayons pas peur d’aller à la rencontre des hommes de ce temps. Les évêques de France nous invitent d’ailleurs à proposer la foi sans complexe dans la société d’aujourd’hui. Ne revendiquant aucun monopole de pensée ou de sens moral, les disciples du Christ ont à « rendre compte de l’espérance qui est en eux » (1 P 3,15). Cela suppose qu’ils ne désertent pas les débats qui agitent notre société pluraliste. Les nombreux « forums » de discussion présents sur la toile s’y prêtent à merveille...

4. Un continent - ou plutôt un océan - à évangéliser !

Le besoin religieux de nos contemporains éclate sur le réseau Internet avec le foisonnement anarchique de sites religieux. Il semble donc important que, dans ce paysage un peu chaotique, la sphère du religieux ne soit pas abandonnée aux seules sectes et qu’on puisse aussi y trouver quelques sites chrétiens de référence et de qualité, soucieux d’offrir des espaces de liberté (car il s’agit bien de proposer la foi chrétienne et non de l’imposer) et de gratuité (nous n’avons rien à vendre et aucun avantage matériel à retirer de l’annonce de l’Evangile).

5. Un outil mondial pour une Eglise universelle !

Le message de l’Eglise catholique est, par définition, universel. De ce point de vue, Internet est une chance pour les baptisés de mieux percevoir la catholicité de leur Eglise en se découvrant des frères dans le monde entier (la seule barrière subsistant étant celle de la langue) et en accédant à des trésors culturels et spirituels jusque-là ignorés d’eux.

L’énigme du sacristain

La réponse vous est donnée en envoyant par Email votre solution à jules.lagoutte portstnicolas.org.

Patron sur les ondes,
pour tous héraut de prodigieuses destinées,
pour certains je ne suis qu’une main qui écrit,
pour d’autres je suis porteur de pierre,
et j’endors quand je veux expliquer des rêves d’animaux.
Mon nom évoque la Puissance.

Je suis ...

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
(re)publié: 01/02/2001