LogoAppli mobile

Potins du sacristain - Janvier 1999

Voilà, vous êtes au bar de la Marine, où se trouve généralement le sacristain (il n’a que la place du village à traverser). Pas de chance ! Exceptionnellement, il n’est pas là ! C’est le patron du bar qui pourra nous répéter tout ce que le sacristain y a raconté ce mois-ci.

Oncle Pierre disait :

« Le pardon n’efface pas le passé (le mal est fait), il donne un futur au passé. »

Et il disait aussi :
« Avant d’être un véritable croyant, il faut être un vivant véritable. »

En 1939, à la Société des Nations

Tout être humain à la surface de cette terre a droit au respect de ses droits fondamentaux sans lesquels il n’y a pas de dignité humaine. C’est cela qui est au cœur de la Déclaration Universelle. René Cassin, l’un des artisans de cette déclaration, a raconté comment il avait été convaincu, un jour, de l’absolue nécessité de ce concept d’universalité.

Au début du nazisme, un juif allemand avait porté plainte devant la Société des Nations. Qui avait répondu à l’avocat du plaignant ? Goebbels en personne ! Pour dire : « Que les choses soient claires. Nous entendons, nous, Allemands, traiter nos juifs, nos socialistes et nos communistes comme nous l’entendons. » Et il est parti...

Aujourd’hui, plus personne, aucun Etat dans le monde n’oserait dire ce que proclamaient les nazis avant 1939. A savoir que les droits de l’homme, ils en récusaient les principes mêmes et jusqu’à la philosophie.

(Robert Badinter)

En 1998, à l’Organisation des Nations Unies

Aujourd’hui, grâce à cette Déclaration, nous avons de nouveaux ’’standards’’, un point de référence, une mesure à l’aide de laquelle nous sommes tous jugés et nous pouvons juger les autres. Tout le monde comprend ce langage.

Certains gouvernements peuvent le rejeter. Mais croyez-moi, ils sont sensibles aux accusations de violation des droits de l’homme. Je me rappelle avoir demandé une fois à un ministre quel effet avaient les pressions internationales en faveur d’un prisonnier détenu dans son pays. Il m’a répondu : « Nous n’en sommes pas contents, c’est le rappel constant d’une erreur, et il y a des membres du gouvernement qui disent : Libérons-le pour qu’on nous laisse tranquilles. »

Voilà une conséquence très concrète de la Déclaration Universelle des droits de l’homme.

(Kofi Annan)

Réflexion pour personnes stressées

Il paraît que Jean-Paul II un soir se plaignait ainsi : « Seigneur, j’ai trop de travail, trop de soucis, trop de responsabilités, le monde est trop grand, et je suis trop souvent dérangé... que faire... aide-moi... » Il entendit alors une voix qui dit : « Oh ! Oh ! Jean-Paul, Cool ! Cool ! Détends-toi un peu. Après tout, tu n’es que le pape... »

Le Ravi

En regardant une crèche, le sacristain nous a fait cette confidence : le Ravi, ce simplet qui ne faisait rien, agaçant tous les autres de ses bras levés et de ce qu’il ne savait que répéter : « Ah que c’est beau ! », le Ravi qui ne vilipende rien ni personne.
Ah ! ce que je voudrais être le « Ravi ».

Zézette

Zézette (sic), la copine du sacristain à près de 75 ans, protestante et fière de l’être, en le rencontrant dans la rue lui dit : « Hé, toi, le catholique, je suis sûr que je peux te transformer en protestant ! »
« Oh, Zézette, tu galèges. »
« Oh, le sacristain, une supposition que je passe derrière toi. Une supposition que je te donne un coup de pied au c..., tu te retournes en protestant. »

Une faute d'orthographe, une erreur, un problème ? Dites-nous tout !
 
Jules LAGOUTTE

Patron du Bar de la Marine de Port Saint Nicolas.

(re)publié: 01/01/1999