Menu
Les proverbes de Bruno

On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs

Ce proverbe veut dire qu’il y a toujours un prix à payer pour obtenir quelque chose. Mais ce serait faire une analyse trop courte que d’arrêter notre commentaire à ce point.
Ce prix contient, en fait, une dimension dramatique, voire tragique : il s’agit d’un prix douloureux pour obtenir les choses que l’on veut. Or non seulement la nature sapientiale du proverbe induit que ce prix douloureux est nécessaire, mais en plus qu’il est légitime et acceptable.

Ce proverbe est particulièrement cité dans la mentalité utilitariste de notre temps qui accepte volontiers que le prix à payer pour maximiser les profits pour le plus grand nombre soit l’appauvrissement de quelques-uns. La richesse obtenue (l’omelette pour les riches) se fait sur le dos brisé de quelques-uns (la coquille des pauvres). Autrement dit, ce proverbe laisse entendre que pour obtenir des choses, il est légitime de faire payer d’autres à notre place (cf. les deux brigands qui veulent tuer Tintin dans L’oreille cassée). Ce serait alors un usage abusif et inadmissible de ce proverbe.

Plus intéressant est le proverbe ainsi libellé : « On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre. » Ce second proverbe renvoie au principe de réalité qui veut que les choses et les services ont en général en coût pour la personne qui veut les obtenir. Un coût qui n’est pas à faire supporter par d’autres.

 
Bruno FEILLET

Ancien curé-doyen de Valenciennes, enseignant de théologie morale au séminaire (interdiocésain) de Lille et capitaine de PSN, avant de devenir, à l’été 2013, évêque auxiliaire de Reims.

mgrfeillet gmail.com
(re)publié: 01/11/2017
1ère public.: 01/10/2010