LogoAppli mobile

Chacun voit midi à sa porte

Il est vrai que ce proverbe peut laisser entendre que tous les points de vue sont relatifs à la position du sujet. C’est, d’ailleurs, toute la modernité que de tenir compte de l’influence du sujet dans l’expérience qui est en cours ou dans le discours qui est tenu : « D’où parlez-vous ? » Mais est-ce pour autant qu’il n’y a plus de vérité ?

En effet, ce qui change, ce n’est pas le fait qu’il est midi et que le soleil est au zénith. Ce qui change, c’est le point d’observation de la vérité et non la vérité elle-même. Voilà pourquoi, pour permettre de se comprendre, il importe de faire connaître aux interlocuteurs de quelle porte vous parlez, de telle sorte qu’ils comprennent votre point de vue en essayant de se mettre, tant que faire se peut, à votre place.

A vrai dire, je ne suis pas d’accord lorsque Fantine nous dit « qu’il n’y a pas qu’une seule réalité ». Il y a sûrement plusieurs manières de l’approcher, de la décrire, de la connaître, de la restituer mais nier l’unicité du réel, c’est nier tout dialogue et toute justice. C’est nier jusqu’à l’existence même du sens de la vérité. L’extrême de la position de Fantine, qui ne l’a sans doute pas envisagée sous cet angle, laisse entendre que l’on pourrait trouver des personnes qui justifieraient la Shoah, le viol des enfants, la flambée du Sida et que l’on serait obligé d’admettre leur point de vue sous prétexte que c’est le leur.

Il faut maintenir avec courage qu’il y a des repères universels qui s’imposent à tous ; qu’il y a des choses que l’on ne peut jamais faire ; qu’il y a du vrai et du faux, de la justice et de l’injustice, du bien et du mal. Le relativisme absolu ne peut être une manière durable de conduire sa vie ni de voir le monde sous peine de tomber inexorablement dans l’anarchie et le régime de la loi du plus fort.

En revanche, je suis bien d’accord qu’il faut que chacun « agisse en son âme et conscience » si l’on entend la conscience comme ce goût pour le bien inscrit dans le cœur de tout homme et qu’il faut toujours faire ce que l’on croit être bien et éviter ce que l’on croit être mal.


Bruno FEILLET
 
(re)publié: 01/07/2018